Test du XIAOMI black shark : puissant à faire fondre les hardcore games

11:22
Le Razer Phone a lancé la tendance des smartphones pour gamers, et Xiaomi a lancé sa nouvelle marque Black Shark pour se placer sur ce terrain. Mais son premier modèle est-il digne d’avoir une telle classification ? Nous l’avons éprouvé dans ce test.

FICHE TECHNIQUE

ModèleXiaomi Black Shark
Version de l'OSAndroid 8.0
InterfaceMIUI
Taille d'écran5,99 pouces
Définition2160 x 1080 pixels
Densité de pixels403 ppp
SoCSnapdragon 845 à 2,8GHz
Processeur (CPU)ARMv8
Puce Graphique (GPU)Adreno 630
Mémoire vive (RAM)6 Go
Mémoire interne (flash)64 Go, 128 Go
MicroSDNon
Appareil photo (dorsal)Capteur 1:12 Mégapixels, Capteur 2: 20 Mégapixels
Appareil photo (frontal)20 Mégapixels
Enregistrement vidéo4K
Wi-FiOui
Bluetooth5.0 + ADP + aptX + LE
RéseauxLTE, HSPA, GSM
Bandes supportées2100 MHz (B1), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM2x nano SIM
NFCNon
Ports (entrées/sorties)USB Type-C
GéolocalisationOui
Batterie4000 mAh
Dimensions161,62 x 75,4 x 9,25 mm
Poids190 grammes
CouleursNoir, Gris
Prix420€


DESIGN

Le Black Shark n’est pas là pour faire dans la sobriété ; à l’égal des ordinateurs dédiés aux joueurs, il n’hésite pas à arborer des lignes franches et agressives. Si vous souhaitez avoir un smartphone qui sorte véritablement du lot, on ne peut nier qu’il remplira parfaitement cet office.

Pourtant, en admirant sa face avant, tout cela n’apparaît pas forcément au premier coup d’œil. Il est en effet relativement basique, voire même vieillot sous cet angle. Son grand écran 5,99 pouces est en effet loin d’essayer de prendre l’intégralité de la surface, et est ainsi surplombé d’une grande bordure accueillant une large grille haut-parleur et la caméra à gauche. En bas, la bordure reste assez prononcée et accueille encore une fois un large lecteur d’empreintes comme on en avait pas vu depuis quelques générations. Deux touches capacitives l’entourent, mais celles-ci ne sont pas du tout marquées.


Surtout, son faciès est très arrondi, rappelant les smartphones Samsung d’il y a quelques années maintenant, et le téléphone est cerclé d’un coloris vert relativement discret, mais efficace. Sur la tranche droite, on retrouve les boutons de volume ainsi que de verrouillage. Ceux-ci sont assez resserrés entre eux, faisant qu’il faudra prendre le coup de main avant de cesser d’appuyer par mégarde sur le verrouillage plutôt que volume bas. La tranche gauche accueille sur le haut la trappe double SIM, et un slider permettant d’activer le Shark Space — nous verrons cela dans la partie logicielle.

Rien de notable en haut, mais le bas dispose d’un unique port USB type C entouré de deux grilles de haut-parleurs. Oui, pas de prise jack pour un smartphone gamer, ce qui continue de nous étonner : si l’on veut streamer sa partie, comme il est commun pour les joueurs désormais, il paraît indispensable d’avoir un casque. Tant pis, l’adaptateur est au moins fourni.
Nous voilà enfin venus à la pièce de résistance : le dos de l’appareil. C’est là que la personnalité très agressive du Black Shark s’exprime : nous avons le droit à des lignes dignes d’une soucoupe volante. Ce design ne serait pas renié par les appareils Predator d’Acer, ROG d’Asus ou encore Alienware de Dell. Malgré tout, le rendu est bien plus sobre en vrai qu’il ne l’est dans les rendus officiels : je dois bien avouer que je m’attendais à un téléphone plus criard que ça.

C’est sans compter sur le logo du téléphone ceci étant, qui s’allume grâce à une LED verte lorsque vous recevez des appels, une notification, ou que vous le mettez à charger. Sorti de ça, le double capteur photo logé en haut devient presque invisible tant les autres parties prennent l’ascendant sur lui. Petit problème cependant : le tout est très glissant puisque manquant de texture, les quelques petites parties en surimpression autour du logo n’endiguant en rien cela.

TEST BLACK SHARK LE VERDICT

DESIGN8
En rendu, le Black Shark apparaît beaucoup plus « jacky gamorz » qu'il ne l'est vraiment. S'il est polarisant, le design de ce dernier est vraiment réussi et le téléphone est de très bonne facture. Il reste toutefois un peu lourd, et loin des lignes attendues de nos jours.

ÉCRAN8Grande et lumineuse, la dalle LCD du Black Shark offre un excellent rendu et des couleurs vibrantes... Trop bleu par défaut, il est tout de même de très bonne facture une fois revenu à des couleurs plus justes. Dommage qu'il ne profite pas plus de la surface disponible.

LOGICIEL8
Android pur avec quelques réglages supplémentaires bien sentis ? Parfait. Mode jeu vraiment complet et agréable à utiliser ? Très bien. Doute sur le suivi du téléphone dans la longueur ? Aïe. S'il est là, c'est une excellente chose : le Black Shark est très agréable à utiliser.

PERFORMANCES8
Le Snapdragon 845 libère sa pleine puissance sur le Black Shark, et offre une expérience de jeu vraiment fluide et graphiquement au-dessus du lot. Hélas... le téléphone chauffe. Beaucoup. Beaucoup trop pour ne pas être dérangé sur une longue session de jeu.

CAMÉRA6
La photo s'améliore d'ordre général sur mobile, mais le Black Shark n'a pas suivi ses frères. Serviable, l'expérience photo n'en est pas moins frustrante par son rendu correct et surtout sa vitesse d'obturation très lente. À ce prix, la compétition est trop rude pour pouvoir s'en contenter.

AUTONOMIE9La batterie du Black Shark sait encaisser une personne qui jouera 1 à 2 heures à des jeux gourmands tout en partant en soirée par la suite sans s'essouffler. Ajoutez à cela une Quick Charge 3.0 extrêmement efficace, et c'est du tout bon.

Partager sur les réseaux sociaux

Aucun commentaire:

Smartphones
???? ? ??????
Hit-Technologie
???? ? ??????